Concertation sur le PADD, nos remarques.

Concertation sur le PADD, nos remarques.

Bonjour à toutes et à tous, dans le cadre de la concertation préalable pour l’élaboration du Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD) voici les remarques que nous avons envoyés au nom de l’association Préservons le Plateau de Lachaud et Châteaugay. Nous les retranscrivons ici sous forme d’article. Et un immense merci à vous tous. En effet vous avez envoyé des dizaines de mails et effectués de nombreuses remarques sur le site de la métropole (ici sur la carte et ).

Monsieur le Président,

L’Association « Préservons le plateau de Lachaud et Châteaugay » est une initiative citoyenne qui se mobilise pour préserver l’environnement et la qualité de vie des riverains de Châteaugay, des communes limitrophes et aussi de Clermont Auvergne Métropole, en s’opposant à un projet de carrière sur le plateau de Lachaud à Châteaugay.

Le plateau de Lachaud est aujourd’hui sous la menace d’implantation d’une nouvelle carrière dont les contours dessinent un projet de plus de 110 hectares. Dans ce contexte, nous vous adressons nos remarques sur la construction du PADD qui reflètent l’état d’esprit de tous nos adhérents et toutes celles et ceux qui n’ont pas encore manifesté leur engagement, ignorant l’existence d’un tel projet.

Afin de nous placer au plus près de la réalité d’un dossier, nous allons projeter le dossier du plateau de Lachaud dans les thèmes du débat (https://plu.clermontmetropole.eu/les-themes-du-debat/) et des questions ouvertes à la consultation du public (https://plu.clermontmetropole.eu/question/quels-sont-les-espaces-de-nature-qui-meritent-une-protection-particuliere/). 

Paysage

Le projet de carrière sur le plateau de Lachaud est situé à proximité du bien de l’Unesco (1 km), site classé en sensibilité majeure et à faible distance de la chaîne des puys (sensibilité rédhibitoire). Le périmètre des propriétés foncières des exploitants de carrière est contigu à une zone Natura 2000 et à des ZNIEFFS de type I et II. Enfin, il constitue avec les côtes de Clermont, le plateau de la Bade, un corridor vert au Nord ouest de Clermont.

La zone d’étude (rouge en haut) et la carrière actuelle (rouge, en bas) côtoient la zone urbanisée (en bleu), les espaces protégés (vert, jaune), le bien UNESCO (gris) et le PNR (grisé)

Il est aussi important de noter les difficultés rencontrées lors des étapes, pourtant promises, de remise en état des sites. La commune de Châteaugay a ainsi vu en 2005 près de 10 hectares non remis en état, avec des justifications pas toujours acceptables (arrêté  préfectoral N° 15/00730).

Préservation de la ressource en eau

Le plateau de Lachaud se situe au-dessus d’un vaste réservoir d’eau souterrain (plus de 150 millions de mètre cube selon un hydrogéologue consulté par notre association.

Des forages réalisés à l’automne 2020 dans le cadre de l’étude préalable et en ligne sur le site font apparaître que l’eau se situe à des profondeurs peu importantes (dès 7 m) au niveau de quasiment tous les prélèvements ! Les tirs de mines et le retrait de 10 millions de tonnes de matériaux prévus au cours des 30 premières années d’exploitation auront un impact absolument désastreux sur cette ressource.

La DDAF notait déjà en 2005, lors d’une demande d’extension de la carrière actuelle de Châteaugay : compte tenu des périodes de sécheresses existantes, des problèmes de recharge des nappes souterraines et la qualité des cours d’eau, il est regrettable de constater que la quasi-totalité de l’eau tombant sur l’emprise de la carrière va s’évaporer. Cette note résonne avec encore plus de force 15 ans plus tard, dans le contexte d’un changement climatique avéré. 

Il semble tout à fait déraisonnable d’implanter une carrière (elle-même grande consommatrice d’eau) qui prétend exploiter une épaisseur de 30 à 35 mètres de gisement. Il faut noter ici la campagne d’acquisition de données géophysiques initiée par le BRGM via le projet AEROVERGNE. Le plateau de Lachaud fait partie de cette zone de prospection et sa nature de château d’eau sera très certainement confirmée. L’implantation d’une carrière dans cette zone nous semble une prise de risque inconsidérée dans le contexte actuel (épisodes de sécheresse qui  s’enchaînent, prise de conscience de la fragilité de la ressource, bouleversements climatiques annoncés).

La protection de la faune et de la flore

Le plateau de Lachaud abrite la laineuse du prunellier (Eriogaster catax, Linné, 1758) qui représente un intérêt écologique majeur et elle est donc très fermement protégée. Elle est ainsi listée parmi les espèces dont la destruction ou l’enlèvement des œufs, des larves et des nymphes, la destruction, la mutilation, la capture ou l’enlèvement, la perturbation intentionnelle des animaux dans le milieu naturel sont strictement interdites.

Le CEN et le CPIE Clermont Dômes ont repéré la reproduction du Triton crêté sur des mares du plateau. La LPO Auvergne mentionne également la reproduction du Torcol fourmilier. L’enjeu principal reste la destruction des prairies sèches qu’il est impossible de reconstituer sur site. Le site est aussi un refuge pour les chauve-souris avec près de 15 espèces  recensées soit la moitié des chauves-souris auvergnates avec plusieurs espèces à statut. Il mérite donc toute l’attention qui lui est accordée, tant comme territoire de chasse que zone transitoire, voire « refuge », exacerbé dans un contexte de développements urbains, industriels et agricoles croissants (communication CEN, étude chiroptérologique).

On note aussi sur le plateau de Lachaud  la présence de Lis Martagon ou de Véronique en épi, espèces protégées au niveau de l’Auvergne.

Le futur PLU doit prendre en compte les éléments faunistiques et floristiques existants (et reconnus) de ce plateau aux enjeux majeurs.

Respect des diagnostics préalables du PLUM

Nous demandons que les remarques collectées suite aux réunions publiques organisées lors de la phase d’élaboration du PLU de la métropole soient prises en compte. Le plateau de Lachaud se distingue très nettement par plusieurs facteurs et se définit comme :

  • une réserve de biodiversité, en zone naturelle.
  • une qualité d’air qui contraste avec celle des zones urbanisées proches et qui ne trouve d’équivalent que dans la zone du bien UNESCO.
  • une zone de quiétude à l’abri de la pollution sonore.

La construction du PADD doit prendre note de ces éléments.

Les éléments majeurs du SCoT 

Nous demandons que les engagements du SCoT soient tenus : 

  • préserver et entretenir les Coteaux de l’agglomération (les Côtes de Clermont-Ferrand, Mirabel, Champ Griaud, Gergovie, Bâne et Anzelle, puy de Crouël, Gandaillat,…) ainsi que les corridors écologiques qui les relient. 
  • protéger et valoriser les sites paysagers remarquables : ils correspondent aux reliefs d’agglomération, buttes et plateaux promontoires qui composent l’écrin paysager du cœur métropolitain.
  • préserver l’écrin vert qui entoure ou pénètre le cœur métropolitain.

La construction du PADD doit intégrer ces engagements et les traduire par une préservation du classement en zone Naturelle de ces zones.

Les effets sur la santé

Il semble évident que la préservation du plateau de Lachaud sera bénéfique à bien des égards sur la santé des habitants de la métropole. Espace de détente, de découverte, la présence de végétation permet aussi d’atténuer les effets du réchauffement climatique. Au contraire, la présence d’une carrière va entraîner la création d’un îlot de chaleur, siège de tirs de mine, de vibrations et d’une circulation de camions et engins mécaniques. Il faut aussi souligner la nocivité des poussières ! Depuis le 01 janvier 2021, les travaux exposant à la poussière de silice cristalline alvéolaire issue de procédés de travail sont inscrits dans la liste française des procédés cancérogènes (https://www.inrs.fr/risques/silice-cristalline/ce-qu-il-faut-retenir.html). Ce type de poussière est notablement présent sur les installations actuelles de la carrière de Châteaugay (carrière, son installation de concassage et la station de transit de produits minéraux ) et ces poussières seront aussi émises à une échelle encore plus importante.

La transition écologique

La réduction des émissions de CO2 avec la mise en avant des circuits courts ne sont pour les exploitants qu’un moyen de justifier le maintien ou l’accroissement de leurs profits. Le chantier de mise à 2×3 voies de l’A75 démontre que la proximité d’un chantier avec une carrière n’entraîne pas ce schéma vertueux (l’actuelle carrière de Châteaugay n’a pas fourni de matériaux pour ce chantier).

Nous avons montré l’inutilité de cette carrière, car il ne s’agit pas pour l’association de demander le rejet sur une autre zone ce que nous dénonçons sur la commune de Châteaugay : https://plateaulachaud.fr/index.php/2020/06/30/pas-de-nouvelle-carriere-a-chateaugay-ni-ailleurs/

Nous avons aussi adressé un dossier en ce sens lors de la consultation concernant le schéma régional des carrières, le spectre de la pénurie de granulats n’est qu’un épouvantail agité par les producteurs pour justifier la destruction de l’environnement et la continuation de l’exploitation d’une ressource non renouvelable : https://plateaulachaud.fr/index.php/2021/03/15/concertation-prealable-pour-le-schema-regional-des-carrieres-nos-remarques/

Nous imaginons la transition écologique via le ré-emploi, le recyclage et l’utilisation massive de matériaux biosourcés. L’application de la norme RE2020 et une accélération des efforts de recyclage sont les garants de cette réussite.

En conclusion

La métropole a déjà été le témoin des difficultés et complications qu’entraînent la présence d’une carrière avec  l’exemple de la reconversion des côtes de Clermont-Chanturgue. Les thèmes du PADD font état de :

  • recréer des continuités écologiques dans la plaine agricole et dans les espaces urbains
  • mener des actions de renaturation et de restauration écologique (cours d’eau par exemple)
  • reconquérir les espaces agricoles et viticoles

Hors tout ceci n’a pas lieu d’être si la préservation des sites et de leurs ressources naturelles est prise en compte par le futur PLU.

Ainsi nous souhaitons préserver le plateau de Lachaud qui est convoité par les exploitants de carrière : 

  • Parce qu’il est riche au plan écologique (faune, flore), hydrologique (réserve hydrologique et à proximité immédiate de l’impluvium de Volvic).
  • Parce qu’il est situé en zone résidentielle et sur un espace vert en périphérie immédiate du centre de Clermont Métropole.
  • Parce qu’il est actuellement dédié à l’élevage et la randonnée (à pied, à vélo, à cheval).
  • Parce qu’il offre une vue magnifique et préservée sur la Chaîne des Puys.
  • Parce qu’il jouxte le bien Unesco “Chaîne des puys – faille de Limagne” (moins de 2 km). 

L’action est simple, le futur PLU doit conserver la classification « zone naturelle » du plateau de Lachaud.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à notre profond respect.

Les commentaires sont clos.