Nous sommes à l’antenne !

Nous sommes à l’antenne !

L’invité H2O : Au secours de la Colline de Mirabel

Bonjour à toutes et à tous

Voici un lien pour écouter ou réécouter l’émission l’invité H2O du 27 juin :

https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-h2o/pays-d-auvergne/au-secours-de-la-colline-de-mirabel

Les invités

Ce sont Frédéric et Jacques, invités par Christophe Noiseux, qui se sont prêtés au jeu du direct. Une expérience nouvelle et enrichissante pour eux. L’association « Préservons le Plateau de Lachaud et Châteaugay » a ainsi pu communiquer autour de ce projet de nouvelle carrière sur le Plateau de Lachaud. Christophe Noiseux a aussi donné la parole à Monsieur Feydel, Directeur de l’exploitant porteur de ce projet.

L’émission

Pour ceux d’entre vous qui ont écouté l’émission, vous avez pu voir qu’il était difficile de tout présenter et de ne rien omettre dans le laps de temps de l’émission. Nous voulions ainsi revenir sur quelques points essentiels.

Nous avons, au cours de l’émission, beaucoup entendu parler d’écologie, de biodiversité, de techniques modernes d’exploitation… Ne soyons pas dupes ! Rien de tout ceci n’est mis en œuvre dans l’exploitation de la carrière actuelle qui est un projet de « court terme » selon l’exploitant (110 ans : notre échelle de temps doit être différente !). Le nouveau projet suivra le même chemin : une application à minima des règles et des bonnes pratiques d’exploitation.

Les nuisances

Soyons honnêtes, les nuisances propres à l’exploitation d’une carrière n’ont pas été niées, ni même les dépôts d’ordures (déchets médicaux par exemple) qui ont pu servir à combler certaines zones de la carrière actuelle. Il en sera de même sur le site du futur projet. Châteaugay sera défiguré dans un premier temps, avant de devenir une poubelle pour l’agglomération. L’exploitant a été très vague au sujet des déchets. Il faut comprendre qu’un exploitant de carrière se rémunère avec la vente des « cailloux » extraits mais aussi avec l’enfouissement de déchets qu’on nous annonce inertes. Nous nous inquiétons très sérieusement du devenir des boues de la station d’épuration et des mâchefers de l’incinérateur de l’agglomération. Déchets inertes en 2019, mais qu’en penserons les générations futures ?

Nous n’avons pas eu l’occasion ou le réflexe de réagir concernant la taille de l’exploitation. Nous avons confirmation que l’étude porte sur au moins 80 hectares (il nous est impossible de savoir si d’autres contrats de foretage sont en cours avec des propriétaires privés). L’exploitation serait effectuée sur 20 à 30 hectares. Comprenons bien : dans un premier temps ! Les exploitants n’ont pas acheté 50 hectares, presque 6 fois au-dessus du prix du marché, s’ils ne pensent pas obtenir un retour juteux sur leur investissement.

Ce qui est plus inquiétant, c’est que rien ne dit que ce seront les parcelles concédées par la municipalité de Châteaugay qui seront exploitées. Adieu « dividendes » pour le budget de la mairie. Mais les nuisances seront là !

Et que dire de l’argumentaire concernant l’écologie et le circuit court (l’exploitant parle même d’un doublement du nombre de camions !).

Les alternatives

Nous ne nions pas la nécessité de disposer de matériaux de construction. Mais il serait bien de :

  • raisonner leur usage,
  • développer le recyclage (certains déchets du BTP sont justement enfouis dans la carrière actuelle comme l’avoue Monsieur Feydel),
  • privilégier le bois dans les constructions,
  • développer le transport ferroviaire…

Des solutions existent !

Un exploitant industriel a tout intérêt à conserver les techniques qui justifient son activité et ses revenus (l’exploitant étant in fine une filiale de Vinci, n°1 mondial des prestations de construction, avec 46 milliards de chiffre d’affaires en 2019 ; auquel s’ajoute 1,15 milliards d’euros de dividendes !).

L’épisode caniculaire actuel est amené à devenir de plus en plus fréquent au cours des prochaines décennies. Il faut préserver nos îlots de verdure, nos ressources en eau et stopper l’artificialisation des sols qui ne fera qu’aggraver la situation.

A nous de jouer

Merci à tous pour vos soutiens, n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Communiquez autour de vous au sujet des nuisances, de la dimension du projet, des incertitudes ; adhérez et faites adhérer !

Nous sommes déjà nombreux, mais il faut montrer que l’association est fédératrice et porteuse d’un projet d’avenir plus vert (et plus rafraîchissant !) pour les générations futures.

Encore merci à Christophe Noiseux de nous avoir offert cette tribune d’expression et bravo à Frédéric et Jacques pour leur engagement ce jour-là, même s’ils auraient souhaité être parfois plus incisifs et réactifs.

A bientôt…

Les commentaires sont clos.